Une surveillance par la communauté et l’éducation renforcent la lutte antirabique à l’échelle d’un village

Dog-mediated rabies cycle
Cycle de la rage transmise par les chiens. (Source: OIE STANDZ Rabies Project in the Philippines)

Pour faciliter le recueil de données en temps réel et signaler aux autorités les cas suspects de rage en vue d’une intervention en temps opportun, le projet de Surveillance de la rage par la communauté de GARC (Community-Based Rabies Surveillance : CBRS) a été mis en place aux Philippines en février 2019 (voir l’article ici). Le CBRS fait appel à des moyens de communication et de technologie avancés pour renforcer la surveillance à l’échelle locale, permettant de suivre de près les incidents dès le début du cycle de la rage et d’alerter plus tôt les communautés sur la présence de la rage.

Le projet CBRS a été mis en place par GARC dans le barangay (village) de Poblacion à Muntinlupa City, une zone fortement urbanisée, dans le but d’endiguer la montée de la rage dans la zone. Au cours de la mise en oeuvre du système CBRS sur les six derniers mois, les signalements d’événements liés à la rage ont augmenté en 2019 comparativement à l’année précédente. De plus, en août 2019, 8 cas confirmés de rage animale avaient été détectés dans toute la ville, contre seulement 5 en 2018 (voir le graphique). 

Le projet CBRS ayant fait preuve de son efficacité à détecter davantage d’incidents liés à la rage, l’étape suivante consiste à étendre le système CBRS à sept autres barangays de Muntinlupa City d’ici le dernier trimestre 2019, ainsi qu’à ajouter trois centres publics de prise en charge des morsures, où les membres des communautés peuvent recevoir une prophylaxie post exposition. (post-exposure prophylaxis : PEP).

Le système CBRS d’alerte précoce et de réponse rapide a été mis en place dans le but principal  de renforcer la surveillance de la rage sur le terrain. En permettant la détection plus immédiate des cas suspects de rage, le CBRS élargit la manière dont les morsures canines à haut risque sont signalées et investiguées afin de réduire la transmission du virus parmi les populations animales et humaines.

Number of Suspect rabies animals reported in Poblacion Village, Muntinlupa City. After 6 months using the CBRS, a total of 43 reportable events of highly suspect rabid animals (22 dogs, 21 cats) were documentedSource: Community-based Rabies Surveillance database, Rabies Epidemiological Bulletin
Nombre d’animaux suspectés de rage signalés dans le village de Poblacion, Muntinlupa City. Source : Community-Based Rabies Surveillance (CBRS), Rabies Epidemiological Bulletin (REB)

Une surveillance active permet de détecter la rage au sein d’une communauté durant la période où la rage peut être la plus infectante, pour rompre le cycle de la rage transmise par les chiens (voir la figure). Au lieu d’attendre qu’un décès humain suspecté de rage ne survienne pour agir, le projet CBRS encourage le signalement de tout événement pouvant entraîner une infection par la rage : morsures de chien ou signalement de comportements animaux inhabituels. De plus, pour assurer la vigilance de la communauté, le CBRS comporte aussi une composante de signalement négatif qui contribue à démontrer l’absence de cas suspects de rage dans une zone en dépit d’une surveillance active. 

Le projet CBRS repose sur l’approche One Health, où le personnel sanitaire, le personnel médical (médecins et infirmiers des centres de prise en charge des morsures) le personnel vétérinaire, les épidémiologistes et les personnels des laboratoires échangent des données cruciales au plus tôt de manière à déclencher une réponse rapide sur le terrain. Une façon d’échanger rapidement l’information au moyen du système CBRS system consiste à envoyer les signalements immédiats par SMS et par email aux autorités compétentes. Un exemple de messages SMS et email générés au moyen du Bulletin épidémiologique de la rage – la plateforme sur laquelle est construit le CBRS – est présenté ci-dessous. Le système de surveillance peut relier l’animal mordeur à une victime de morsure et tracer le même animal lorsqu’un prélèvement est soumis au laboratoire.  

Exemple de messages SMS et email dans la base de données DHIS

 

 

 

Identifiant  Animal Suspect Victimes de morsure Prélèvement soumis

2019-03-10-PHL_S_POB-A0045

*Signalement d’animal suspect pour : Poblacion *
Un animal suspecté de rage a été identifié
Le statut d’appartenance de l’animal est : Sans propriétaire 
Le Numéro d’Identification de la maladie est : 2019-03-10-PHL_S_POB-A0045
L’équipe vétérinaire est priée d’enquêter.  

D’autres personnes ont été identifiées comme ayant été en contact avec l’animal suspect 2019-03-10-PHL_S_POB-A0045    
            

L’équipe vétérinaire a obtenu un prélèvement suspect de rage d’un animal portant le numéro d’identification de la maladie : 2019-03-10-PHL_S_POB-A0045

     
       
Storytelling as part of the rabies education for daycare students.
Une partie du projet d’éducation sur la rage, destiné aux enfants des classes maternelles comprend des techniques narratives. (Photo : GARC)

Une composante supplémentaire du projet comprend la mise en place d’une campagne de sensibilisation de la communauté visant des publics divers : enfants gardés en crèche et en école maternelle, parents et enseignants. Une proportion importante (20%) de victimes de morsures à Muntinlupa City en 2018 était constituée de jeunes enfants (< 5 ans); en collaboration avec la Division responsable de l’éducation de la petite enfance du Département des services sociaux de la ville, des  modules pédagogiques consacrés à la rage vont être élaborés pour les enfants de maternelle (enfants âgés de 3-5 ans) et leurs parents, avec des messages-clés ciblant la prévention des morsures animales, leur prise en charge, le signalement et les responsabilités liées à la possession d’un animal domestique.

Une autre initiative concernant l’éducation de la communauté est actuellement à l’étude : l’élaboration de modules pédagogiques sur la rage pour les foyers bénéficiaires du programme gouvernemental de Transfert conditionnel en espèces (Conditional Cash Transfer : CCT). Dans le cadre du programme de services sociaux du gouvernement national, un des pré-requis pour bénéficier de cette allocation mensuelle en espèces est d’assister à ces sessions quotidiennes de développement. Les enseignants des écoles publiques urbaines seront également formés en tant que formateurs sur la rage pour soutenir l’intégration à l’échelle nationale de l’éducation sur la rage dans toutes les écoles publiques des Philippines (voir un article récent ici). 

Le projet CBRS est le fruit d’une collaboration entre le gouvernement municipal de Muntinlupa, l’Institut de recherche en médecine tropicale du département de la santé et l’Alliance contre la rage, avec le soutien financier de la Fondation Botnar et Fundacion Probitas.   

Rédigé par le Dr Sarah Jayme, Réeprésentante de GARC pour l’Asie

Traduit par le Dr Brigitte Dunais, CHU de Nice, Nice, France